Mon Panier 0
Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander

La taille de la vigne : ce que vous avez toujours rêvé de savoir ! - Partie 2

"La taille, ce châtiment de bon goût"

Ici nous vous livrons le secret du Pourquoi ! Et bien oui pourquoi notre bon Mr Vigneron s'embête-t-il à tailler après tout ?

Sur le principe, la vigne est une plante têtue qui veut développer sa végétation pour s'étaler toujours et encore. Elle fait partie de la famille des lianes et donc demeure une plante très vigoureuse. En la domestiquant, l'Homme a vite compris que le développement de la vigne doit être régulé pour favoriser le raisin par rapport au bois. Il l'a pour ainsi dire ‘contenue’ grâce à différentes interventions tout au long de l'année, dont la taille fait partie. Le viticulteur est là pour rediriger la vigne dans le sens qu'il souhaite : produire du raisin en maîtrisant la quantité, et surtout la qualité.

Vous conviendrez avec nous que LA qualité, ça fait un peu supermarché, et que quand on parle des vins, on parle plutôt DES qualités. De même qu'il n'y a pas qu'une façon de faire un bon vin, il n'existe pas qu'un seul mode de taille !


"Je taille comme ceci, ici, il taille comme cela, là !"

En préambule, il est bon de rappeler que la taille dont nous parlons aujourd'hui est une taille d'hiver ; les premiers à tailler étant plutôt les vignerons du Sud (les chanceux), bénéficiant de journées ensoleillées dès le mois de décembre. Durant l'hiver, la vigne se met en veille, en "repos végétatif" pour être précis. Son développement est stoppé et la sève redescend. Cette période commence généralement au moment de la chute des dernières feuilles.

La taille se termine aux alentours du mois de mars. C'est à ce moment, au début du printemps, que la végétation "repart" et que la vigne sort de son repos. On peut alors remarquer que de petites gouttes de sèves perlent au bout des rameaux fraîchement taillés. Ce phénomène, conséquence directe et poétique de la taille, est appelée "pleurs" de la vigne.

Il est à noter que la taille s'accompagne d'un risque de "taille" : le froid hivernal ! I elle sbit des gelées une fois taillée, la vigne redémarrera difficilement au printemps. En dessous de -9°C, le froid détruira les pieds les moins résistants. Le producteur choisit donc méticuleusement quelle parcelle tailler en premier. Une vigne âgée est plus résistante et supporte mieux les basses température après avoir été taillée. Les vignes les plus vieilles seront donc taillées en premier. A contrario, une vigne toute frêle résiste mal aux gelées une fois taillée. Pour cette raison, les petites jeunes sont donc généralement taillées en dernier, en fin d'hiver.

La manière de tailler est donc mûrement réfléchie par le viticulteur, il en va de la bonne santé de ses petites protégées (en photo ci-dessous) !

 vignes hiver revel

 

Dès la plantation de ses pieds de vigne, notre cher Mr Vigneron connait le mode de taille qu'il va mettre en place sur ses parcelles : il a un en tête un "ratio" hypothétique idéal entre quantité et qualité de raisin pour chaque parcelle. Muni de ses outils, il va couper pour laisser un nombre bien précis d'yeux par pied. L'objectif est bien d'en garder un nombre suffisant pour obtenir de la quantité, mais pas trop pour ne pas perdre en qualité ! Et puis, la réglementation des appellations pourrait lui tirer les oreilles. Par exemple, en Champagne, 18 yeux au maximum sont autorisés par pied contre 24 en Alsace. Ces limitations sont étroitement liées aux nobles cépages régionaux, plus ou moins productifs !

Pour tailler, le vigneron dispose d'un panel varié de modes de taille. Il fera son choix en fonction de ses objectifs, de sa philosophie, de la culture locale et des contraintes liées à l'appellation.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.